Ben Kerber – L’ombre de l’objet EP

Posté le 21 Nov 2016   •   Catégories : 2016, Albums/EP   •   3268 Vues   •   Aucun commentaire sur Ben Kerber – L’ombre de l’objet EP

Ben Kerber - L'ombre de l'objet EP

Il y a quelques mois, Ben Kerber se lance un défi : publier chaque samedi une démo écrite et enregistrée le jour même, histoire de se mettre des bâtons dans les roues. Les démos du samedi regrouperont dix titres. Un album en quelque sorte, qui rebondit face à l’actualité (attentat de Bruxelles, Panama Papers) mixant football, jolies filles et argent. Alcool mauvais et Brick Lane sortent du lot.

Il n’y a pas que Frank Ocean ou Beyonce qui s’autorisent à sortir des albums surprises. Ben Kerber lui aussi sait aussi surprendre, et a publié le 12 nombre un EP six titres. Successeur de Loin des mers, son premier véritable EP depuis la séparation de Les Shades, L’ombre de l’objet poursuit le chemin entreprit par l’ex-leader du groupe de rock Parisien. Les états d’âmes sont mis sous les projecteurs dès la première chanson : Sentiment océanique évoque l’impuissance face à l’absence.

La magie ne marche pas
Pas sur moi en tout cas
Lorsque tu n’es pas là
Il y a un vide en moi
Comme une décharge électrique
Sentiment océanique

La proximité dans l’attitude avec Daniel Darc n’est plus à prouver. Ben Kerber, admirateur de l’ex-chanteur de Taxi Girl, rappelle l’ex-junkie le temps de Plus que toi. Troublant.

Ben Kerber

La dernière piste de l’EP sort Ben Kerber de sa zone de confort : la voix est légèrement vocodée, la mélodie est plus industrielle, l’ensemble plus destructuré. Le texte, dépeint à vif la perte de personnalité face à une rencontre. Les chœurs agissent comme s’ils voulaient absorber notre personnalité face à l’être aimé : au risque de se perdre et de ne plus se reconnaître.

Enfile ta tenue de combat pour me prendre dans tes bras
Épouse moi si t’as pas peur de moi
Si j’passe de sales journées tu vas en faire les frais
Repousse moi si ma folie t’effraie

Je perds je crois, j’te perds je crois
Je perds je crois, j’te perds je crois

clique là, tu vas aimer !

« »