Smith Westerns – Soft Will

Posté le 25 Juin 2013   •   Catégories : 2013, Albums/EP, Coup de coeur   •   1189 Vues   •   Aucun commentaire sur Smith Westerns – Soft Will

Smith Westerns - Soft Will

Un peu étrange ce qui m’arrive avec le dernier album de Smith Westerns, Soft Will, et en même temps c’est tellement réjouissant. Ce groupe originaire de Chicago, j’en avais entendu parler lors de la sortie de leur précédent album, Dye It Blonde, mais franchement, le rock garage, ce n’est pas pour moi.
Donc Smith Westerns, restait dans ma tête un mot valise composé d’un acteur/chanteur black américain + un type de film pour lequel je n’ai pas grand intérêt…

Il y’a quelques semaines j’ai entendu leur nouveau single, Varsity, et ça a été le coup de coeur immédiat. Le clip déjà, très joli, à la manière de Baby’s Arms de Mister Kurt Vile, donne envie de tomber amoureux. La mélodie est lumineuse, c’est doux, mais un peu piquant. Le genre de titre dont tu ne sais pas pourquoi il te plait, mais tu uses du bouton repeat jusqu’à épuisement !

La pochette illustre des fruits, en moins bonne forme comparée à celle du dernier album de Phoenix. Par contre, ces fruits là sont moins indigestes, même s’ils sont moins beaux. Pas de ressemblance donc à priopri avec le groupe Versaillais, et pourtant la voix du chanteur Cullen Omori sur Varsity, pourrait se confondre avec celle de Thomas Mars.

Sur Idol, le groupe convie tous les ingrédients de la pop Californienne : soleil, mélodies légères, voix lascives dans un style légèrement pysché. On a envie de chanter, même faux, tant pis, on s’en donnera à coeur joie.
Sur White Oath on enlacerait bien la première personne venue (la/le chanceux(se) !). Des choeurs se joignent à la voix du chanteur (3am Spiritual) réchauffant une atmosphère déjà bien ardente.

Les arrangements sont élégants et légers au point que l’on se croirait par moment dans les mêmes paysages sonores que The War on Drugs. XXIII semble être l’intrus du disque, pourtant placé en tête de liste dans l’album. Quatre minutes instrumentales où le temps s’arrête. On pense aux séries Américaines, bien cul cul, mais tellement cul-tes (The OC par exemple). Parfait pour le bal de fin d’année qui approche.

Smith Westerns

Il me reste donc à me plonger dans les deux premiers albums du groupe, en espérant y trouver la même saveur. En tout cas, à la bataille de fruits, Smith Westerns gagne contre Phoenix.

Ecoutez l’album

Retrouvez Smith Westerns sur

clique là, tu vas aimer !

« »