Les Passion Pit ont-ils la maladie de MGMT ?

Posté le 9 Nov 2009   •   Catégories : 2009, Scènes/Live   •   1383 Vues   •   6 commentaires sur Les Passion Pit ont-ils la maladie de MGMT ?

Samedi soir j’étais à La Cigale à l’occasion du Festival Les Inrocks tck tck tck. La Roux (euh non elle a annulé 72h avant, c’est vrai), Passion Pit et Florence + The Machine étaient les têtes d’affiches de cette soirée, aux côtés de The Popopopops, Lissy Trullie et Two Doors Cinema Club. Les Inrocks nous ont concocté un petit résumé vidéo de la soirée :

Avec un titre aussi particulier pour mon billet, je me dois de replacer les faits : nous sommes en 2008. Un groupe de musique explose tout sur son passage : il se nomme MGMT (Make Great Music Today ou bien ManaGeMenT, c’est au choix). Album encensé par la critique internationale, les deux membres du groupe ont su apporter un vent de fraicheur avec leur musique mélange de rock / indie savamment parsemée d’éléctro. Pour rappel, MGMT c’est ca :

Certains le nomment même Album Of The Year 2008. Je partage l’avis.
MGMT était donc attendu sur scène avec une certaine hâte. Peut-être top attendu. Car en live, selon les dires, MGMT déçoit. Le groupe semble ne pas avoir de présence. Serait-ce dû à un engouement trop grand pour leur album ?

Retour en 2009, le 7 novembre précisément. Avec l’annulation de La Roux, j’attendais beaucoup de Passion Pit au Festival des Inrocks. Semblable à MGMT, leur album m’est passé à travers tout le corps. Quand on l’écoute pour la première fois, on se dit : Putain*** c’est le genre de son que j’ai toujours voulu entendre, sans l’avoir déjà entendu. Enfin, c’est ce que je me suis dit…

Et bien Passion Pit m’a déçu. Micro qui ne marche pas pendant la première chanson, instruments qui prenaient beaucoup plus d’importance par rapport à la voix ; en parlant de la voix, le chanteur ne semblait pas la maitriser… Aïe. Bon d’accord, sur l’album, la voix est robotisée, ce qui passe bien, étant donné l’univers. Mais alors en live, on pourrait croire que le chanteur à avaler un ballon d’hélium en coulisse, et c’est comment dire… déroutant. Sans parler des nombreux pseudos ados qui ont tenté (mais réussi) de monter sur scène et de danser avec le chanteur.

Il faut dire que je pouvais m’y attendre. Leur album est parfait. Les arrangements ont été travaillés à la perfection. Tout semble avoir été optimisé pour l’enregistrement de l’album, qu’il était légitime de se demander ce que cela pouvait donner en live. Quelques visionnages sur Youtube m’avaient mis la puce à l’oreille.

Je suis quand même content de les avoir vu et j’avoue qu’ils mettent une bonne ambiance dans la salle. Malheureusement j’ai l’impression que les groupes qui émergent ces dernières années ont beau nous concocter des petits bijoux en studio, mais semblent dépassés sur scène. Espérons que ce virus soit éphémère.

Concernant les autres artistes, petit coup de cœur pour The Popopopops (groupe de rock Rennais aux influences éclectiques) et Lissy Trullie (ancienne mannequin qui pose sa puissante voix grave sur des sonorités 80’s). Les remplaçants de La Roux, Two Doors Cinema Club, n’auront pas su effacer ma déception. Florence + the Machine quant à elle, crie beaucoup, voire trop, mais elle a eu le mérite de faire trembler La Cigale. Pour ceux que ca intérésse, Arte Live web rediffuse une partie de la soirée ici.

Pour ne pas partir sur une note négative, il est bon de rappeler que Passion Pit (en studio) c’est ca :

clique là, tu vas aimer !

« »