[CINÉMA] Mères et filles, Le syndrome du Titanic, Mademoiselle Chambon, Le petit Nicolas

Posté le 20 Oct 2009   •   Catégories : 2009, Cinéma   •   893 Vues   •   Aucun commentaire sur [CINÉMA] Mères et filles, Le syndrome du Titanic, Mademoiselle Chambon, Le petit Nicolas

Mères et Filles / Le syndrome du Titanic / Mademoiselle Chambon / Le Petit Nicolas

Quatre films que j’ai vu dernièrement, et peu m’ont finalement convaincu.

Mères et filles

Trois femmes, trois générations. Dans les années 50, Louise a quitté le domicile conjugal alors que ses enfants étaient encore jeunes. Elle n’a plus donné signe de vie. Sa fille Martine est restée dans la petite ville de bord de mer où elle est devenue médecin.
Aujourd’hui Audrey, la fille de Martine, la trentaine indépendante, revient rendre visite à ses parents. Elle va trouver par hasard un cahier ayant appartenu à sa grand-mère, un journal qui pourrait enfin expliquer son départ.

Un film avec Marie-Josée Croze ? Quand ? Où ? Avec qui ? Hein ?!… M’en fous, j’y cours. Me voilà donc dans l’une des plus belles salles de cinéma de Paris, La Pagode, dans le VII arrondissement de Paris. Décors de châteaux, rideaux rouges et même ouvreuse qui vient proposer ses beignets, bonbons, glaces et chocolat avant le début du film ! Mères et filles commence, et il m’a fallu une petite demi-heure pour somnoler tranquillement…
Le synopsis me plaisait. Je m’attendais à une enquête pendant 1h30, avec des rebondissements, des déchirures, des révélations. Rien. Juste des va-et-vient anachroniques auxquels je ne crois pas. Dommage, deux autres actrices tout aussi intéressantes apparaissaient dans le film : Catherine Deneuve et Marina Hands.
Pour voir Marie-José Croze, je me contenterai donc de revoir en DVD, Je l’aimais ou 2 jours à tuer.

Le syndrome du Titanic.

Ce film est davantage un appel à la raison et un acte politique qu’un documentaire sur la crise écologique. D’ailleurs, la « belle nature sauvage » est la grande absente… (Nicolas Hulot)

Je venais de voir Home, trois jours avant d’aller voir le documentaire de Nicolas Hulot. Bien qu’il tire la sonnette d’alarme, Home finit sur une note encourageante, un petite lueur d’espoir (bien que ce soit mal barré quand même…)
Pour Nicolas Hulot par contre, c’est clair, on va tous mouriiiiiiiiiiiiiiiiiiir ! Film très noir, qui ne se focalise pas seulement au changement climatique, mais aussi au changement de société. Mondialisation, comportements humains, exode, nous sommes passés au crible. Les images sont très belles, le discours est très noir mais intéréssant. Allez le voir, sauf si vous êtes dépréssif.

Mademoiselle Chambon

Jean est quelqu’un de bien : un bon maçon, un bon fils, un bon père et un bon mari. Et dans son quotidien sans heurt, entre famille et travail, il croise la route de Mademoiselle Chambon, l’institutrice de son fils. Il est un homme de peu de mots, elle vient d’un monde différent. Ils vont être dépassés par l’évidence des sentiments.

Un plan d’une minute trente avec Sandrine Kiberlain et Vincent Lindon. Une musique de Barbara en toile de fond. Des regards gênés qui ne se croiseront pas. Voilà, vous n’en aurez pas plus pour la bande annonce de Mademoiselle Chambon. Mais ce n’est pas plus mal… Enfin un film qui ne fait pas découvrir 90% du scénario. La vidéo m’a laissé perplexe, mais plein de curiosité ; et c’est ce que je demande à une bande annonce.

Les sentiments vont venir chambouler la petite vie de Jean (Vincent Lindon) et de Mademoiselle Chambon (Sandrine Kiberlain). Un film tout en pudeur, où les deux acteurs vont jouer sur le fil des sentiments, sans jamais rentrer dans la déclaration enflammée. Des regards timides, remplis de passion, on accroche à l’histoire qui devient bouleversante ! Doit-on cette justesse d’interprétation au fait que Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain furent amants il y’a quelques années ?

Ps : la chanson de Barbara tirée de la bande-annonce est Septembre (quel joli temps). Lien Deezer

Le Petit Nicolas

Nicolas mène une existence paisible. Il a des parents qui l’aiment, une bande de chouettes copains avec lesquels il s’amuse bien, et il n’a pas du tout envie que cela change…
Mais un jour, Nicolas surprend une conversation entre ses parents qui lui laisse penser que sa mère est enceinte. Il panique alors et imagine le pire : bientôt un petit frère sera là, qui prendra tellement de place que ses parents ne s’occuperont plus de lui, et qu’ils finiront même par l’abandonner dans la forêt comme le Petit Poucet…

Grand classique littéraire de mon enfance (ou de mon adolescence, puisque j’avais 15 ans quand je l’ai lu…), je suis allé voir l’adaptation de ce livre sur grand écran.
De mon côté, je ne m’attendais pas à voir un film extraordinaire en allant voir une super-production avec campagne de promo démarré il y’a quasiment un an. Mais on sourit quand même. C’est pas du tout nécessaire d’avoir lu les bouquins, l’histoire est très très compréhensible… L’univers du film pour moi est trop irréel, papier mâché, mais c’est peut-être dû aux livres. Si vous avez une carte illimité de cinéma, ou que l’on vous offre une place, allez la voir; Rien que pour Clotaire qui vole la vedette au Petit Nicolas pour moi, ca vaut le coup ! Sinon, attendez le passage à la télé.

clique là, tu vas aimer !

« »